Nos principes directeurs

La dimension du savoir

« Non scholae sed vitae discimus » Senèque

Romano Guardini écrivait que le premier des trois éléments qui constituent la transmission de la culture, c’est de révéler à l’enfant ce qu’est l’homme. Ainsi, l’éducation ne peut en aucun cas se réduire à une transmission de connaissances et encore moins à l’apprentissage.

L’accès au monde, aux idées et à sa propre intériorité passe par le langage et les mots.

Il est de notre mission de s’assurer que les enfants apprennent à s’en servir, à en connaître leur signification et leur portée.

Face à la fragmentation du savoir, caractéristique à l’époque contemporaine, notre enseignement se veut «  humaniste », à savoir que nous voulons former et structurer le jugement et l’intelligence.

La dimension relationnelle de l’homme

« L’homme est un animal politique » Aristote

L’homme est un être en relation. C’est vers la fin de l’enfance et au début de l’adolescence que l’homme s’ouvre sur le monde pour s’y faire une place. Chaque enfant doit d’abord y trouver un lieu sûr. C’est pour cela que chaque enfant doit être accueilli tel qu’il est.

  • Esprit de famille : Nous voulons créer entre les élèves un véritable esprit de famille et d’amitié. En faisant l’expérience des valeurs familiales dans un cadre différent, l’adolescent en recherche de lui-même pourra  authentifier ce qu’il aura reçu chez lui.
  • La charité : Aucune relation ne sera véritablement authentique si elle n’est pas fondée sur la charité. Nous souhaitons faire de l’école un véritable foyer de charité où chacun est accepté tel qu’il est et où il est invité à se dévouer aux autres.
  • Esprit de responsabilité : L’école prépare les enfants à vivre en tant que chrétiens dans le monde qui les entoure. Nous souhaitons donc que l’école soit une société où chaque jeune ait sa part de responsabilité et de décision. C’est dans ce contexte qu’il va découvrir ses talents, ses capacités, son caractère.
  • La formation de la conscience. L’agir responsable du chrétien dépend de la conscience. Le travail de formation de la conscience humaine et chrétienne n’est jamais acquis une fois pour toutes. C’est à travers le quotidien d’une vie responsable et engagée que les enfants vont découvrir l’existence de cette conscience et qu’ils vont pouvoir la former.

La dimension spirituelle

La dimension spirituelle n’est pas une quatrième dimension. Elle est le lien qui permet de donner une dimension prophétique à notre corps ; elle accompagne et stimule la recherche de la vérité et elle christianise les rapports avec les autres.

Tous les enfants n’ont pas la même sensibilité spirituelle, mais tous ont le désir de Dieu. Pour atteindre la plénitude de sa vocation spirituelle, l’enfant doit se poser des questions sur son origine, sur sa foi, sur Dieu. Refuser de se les poser ou les laisser sans réponse c’est vivre dans l’incertitude ou la superficialité.

Pour favoriser l’épanouissement spirituel de l’enfant, nous proposons des temps spirituels qui rythment le quotidien et d’autres, plus ponctuels, qui constituent des moments forts.